Paradiso Terrestre

Pour inaugurer cette série de rendez-vous, honneur à Giacomo Balla et Dino Gavina.

Une promesse de paradis, débute le 16 mars 2017, en avant première du Salon del Mobile de Milan

Le programme est lancé autour de la thématique du futurisme italien. La Villa Rose présente une sélection de pièces de Giacomo Balla « Paradis Terrestre » éditées par Dino Gavina dans les années 60, une série de sculpture florale à découvrir et acquérir dans le jardin d’hiver de la Villa.

 

Giacomo Balla et Dino Gavina

Tout commence en 1964 par une lettre envoyée par Luce et Elica, filles de Giacomo Balla, à Dino Gavina pour reproduire les fleurs futuristes. À Bologne, elles fournissent les dessins provenant des archives du centre Duchamp. Dino Gavina fera appel au sculpteur italien, Elio Marchegiani qui s’occupera d’adapter les dessins originaux de Giacomo Balla en sculptures florales. Dès 1966, Elio Marchegiani rencontre les filles Luce et Elica Balla et il rapporte les phrases suivantes que Giacomo Balla aimait répéter à ses filles : «Vous verrez, dans ce monde moderne bientôt de nouvelles possibilités, de nouveaux matériaux permettront de mettre en œuvre mes idées» «Reconstruisez mes œuvres avec les matériaux de votre propre temps.»

Dino Gavina utilisa des machines de coupes électroniques et commença à produire des plaques de tôles polies pour la réalisation des « Fiores » alors que jusqu’à ce jour elles avaient été réalisées à la main et en bois peint.

L’acier poli les rendra encore plus futuriste, elles seront produites dès 1968 en série limitée entre 250 et 400 ex.

«Angulaires, pointues, vivaces et printanières, ces fleurs d’une espèce qu’on n’a jamais encore vue auront magnifiquement poussé à la Villa Rose en mars 2017!»

Gilbert Kann

 

Les pièces sont en vente toute l'année à la Villa Rose

Visites sur rendez-vous, du lundi au vendredi de 9h30 à 19h30

contact@lavillarose-paris.com